Communication de la nouvelle Loi portant Code de la Pêche et de l’Aquaculture à Madagascar

Un constat sur quelques lacunes dans l’application de la Loi 2018-026 du Février 2018  portant refonte du Code de la pêche et de l’aquaculture a été enregistré, une mise à jour de la loi a été réalisée qui apporte des précisions et/ou des modifications suivantes sur :

  • La suppression de peine d’emprisonnement et la conversion de dollars en ariary en ce qui concerne les peines d’amende ;
  • La suppression des articles 84 et 139 de la loi 2015-053 du 03 février 2016 concernant toutes actions des répressions relatives aux mangroves ;
  • La mise en exergue des missions des inspecteurs de pêche ;
  • La notion de recherche et développement.

Pour que cette loi ne soit pas une lettre morte et que la gestion durable des ressources halieutiques doive être inéluctable afin d’éviter la gabegie de l’exploitation au détriment du bien être des générations futures, les communautés locales et toutes les parties prenantes doivent être associées à son application.

Appuyé par le projet SWIOfish2, la Direction Générale de la Pêche et de l’Aquaculture au sein du Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche- MAEP a réalisé plusieurs campagnes de sensibilisation, notamment au niveau régionale, les régions Antsimo Andrefana, Analanjirofo, Antsinanana, Melaky, Menabe, Androy, Anosy, Antsimo Antsinanana, Vatovavy Fitovinany, Boeny ont déjà eu le privilège d’accueillir ces ateliers de sensibilisations pendant le 4ème trimestre de l’année 2020.

L’objectif étant de faire connaître à toutes les parties prenantes opérant dans le secteur de la Pêche et de l’Aquaculture les grandes lignes de la nouvelle loi portant Code de la Pêche et de l’Aquaculture.

A chaque atelier, beaucoup ont répondu présent comme les pêcheurs, mareyeurs, collecteurs, les opérateurs, les associations,  ONG et les autorités locales. Les points suivants ont été abordés et discutés (i) faire participer les parties prenantes dans la gestion durable des ressources du secteur ; (ii) initier l’autocontrôle aux niveaux des acteurs ; (iii) instruire la préservation des ressources et la mise en place de la surveillance communautaire ; (iv) faire connaître les droits et obligations des acteurs prenants d’une part, les sanctions qu’encourent les indisciplinés et les délinquants d’autre part.

Des supports de communications présentant les mesures et principaux textes d’application  ont été distribués aux participants, à leurs tours de sensibiliser les membres de leurs associations, groupements, ONG et collaborateurs.

Les sensibilisations et ateliers dans Régions Sofia, Diana et Sava seront organisés pour ce premier semestre de 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *