Atelier de validation du Manuel Opérationnel de Suivi -Évaluation (MOSE)

Un atelier s’est déroulé du 11 au 12 mars 2020 à l’Hôtel Havana Ambohidahy Antananarivo, pour la validation du Manuel opérationnel de suivi-évaluation du Projet SWIOFish2, préparé et présenté par l’Unité de Gestion du Projet (UGP), avec la participation des toutes les directions techniques concernées par le Projet et les partenaires techniques dans la mise en œuvre du projet.

Le Coordinateur du Projet a ouvert cet atelier, et la Responsable suivi-évaluation a dirigé l’atelier. Les participants ont travaillé en groupe pour bien analyser le manuel.

La RSE explique le plan

A l’issue de cet atelier, le Projet aura le manuel de suivi-évaluation validé par toutes les parties prenantes.

La deuxième journée, la réunion est axée sur la validation des indicateurs sur la mise en œuvre des Plans d’Aménagement des Pêcheries des 3 zones d’intervention du Projet dont BATAN, BA et MELAKY.

Une trentaine des responsables issus des différentes organisations œuvrant   dans le secteur Pêche et celui de la conservation de l’écosystème ont pris part à cet atelier purement technique. Pour rappel et selon les termes du FAO, « un plan d’aménagement est un document qui recense les mesures existantes dans le domaine de la gestion et de l’aménagement des pêcheries et propose les mesures à promouvoir en matière d’exercice de la pêche et des activités connexes ». L’existence de ce document et son effectivité figurent parmi les principaux critères justifiant l’intervention du Projet Swiofish2 dans une zone bien déterminée. Ainsi, la sélection des indicateurs clés pour apprécier la mise en œuvre du PAP se réfère aux critères répondant aux objectifs du projet ainsi qu’aux principes de l’approche éco systémique du PAP.

Tout au long de cet atelier, les participants ont pu proposer et valider les indicateurs de l’effectivité des plans d’Aménagement des Pêcheries pour les 3 zones citées en haut, en se basant sur les propositions suivantes :

  • Surface des habitats côtiers et marins conservée et/ou restaurée ;
  • Nombre de mécanisme de gestion opérationnel ;
  • Nombre des DINA homologués et appliqués ;
  • Nombre des embarcations améliorées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *